Denmark Street

Le bus rouge à deux étages s’arrête, je monte au niveau supérieur comme un touriste et recherche une place au premier rang, une place d’où je peux voir les bâtiments, les autres bus rouges et les toits des taxis noirs.

C’est un quartier que je connais bien, nous passons à côté d’un théâtre qui présente « les misérables » depuis plus de vingt ans, un autre qui a toujours eu une affiche du « fantôme de l’opéra », et puis celui où l’on joue Billy Elliott, une magnifique comédie musicale, l’auteur a rajouté le même gros mot si souvent que la pièce est classée pour les plus de 12 ans.

J’arrive à destination, je quitte mon bus et rejoins Denmark Street. C’est une minuscule allée connue des spécialistes. Un lieu où s’accumulent des objets tellement mythiques, on dirait qu’elle sort d’un livre d’Harry Potter. Des strats, des Les Paul, et pour finir avec  la Red Special du guitariste de Queen, selon la légende il a fabriqué l’originale avec le bois de récupération du cadre d’une cheminée. La population est très variée à l’image de Londres et encore davantage, des cadres supérieurs de la City qui ont décidé d’apprendre la guitare pour leurs 40 ans, des passionnés de folk, des étudiants qui rêvent devant les vitrines et qui achèteront des médiators pour leurs collections, des rockeurs pures et dures dont ceux qui ne jurent que par le plus heavy du métal ou des punks aux cheveux fluorescents.

Je fais le tour des vitrines, regarde toutes les guitares et rentre dans un magasin. Des deux côtés de la porte s’élèvent des colonnes d’amplificateurs, d’énormes monstres noires empilés, de quoi équiper une salle de concert. Plus loin sont présentées de minuscules boîtes pas plus grandes qu’un cageot de milkman, avec l’inscription « meilleure vente de l’année ».

Au fond de la première pièce, je salue le propriétaire, il répond à peine, je devine une ou deux consonnes du « morning ». On dirait qu’il vient directement des années soixante-dix; les cheveux longs, une boucle d’oreille diamant, un t-shirt noir AC-DC et le regard strict et direct du rockeur.

Je passe dans la deuxième salle, une caverne d’Ali Baba, il y en a partout, une multitude de guitares accrochées aux murs, et pleins d’autres guitares rangées en rang sur les présentoirs.

Le modèle de mes rêves est quelque part sur le côté, une ovation shallow rouge brûlé inversé, identique à celle du premier guitariste de l’église. Je demande de l’essayer, le vendeur hoche la tête pour un oui, je m’installe sur un tabouret et commence à gratter timidement quelques accords, je ré-accorde et continue mes séries. Le vendeur prend la guitare de ma main, la branche à un énorme ampli et commence un tour des meilleurs riffs de rock de l’histoire. Des années de ma vie défilent, les quelques notes de chaque morceau me font transporter dans des soirées, des voyages, des rencontres, des séparations, des joies ou des déceptions. Notre musicien continue avec « Stairway to heaven » et « highway to hell »; les rockeurs sont d’accord, il est plus facile d’aller en enfer qu’au paradis. Qui a dit que les rockeurs ne sont pas spirituels?

D’autres clients rentrent dans le magasin et se rassemblent autour de nous, le pot pourri s’achève tristement, toujours au paradis, avec « tears in heaven », une chanson qui émeut des générations entières, Clapton l’avait composée en souvenir de son enfant disparu. Et nous chantons tous en cœur « nous ne nous reverrons pas, ma place n’est pas au paradis ».

Le vendeur se lève, me rend la guitare sans parler et part s’occuper de ses clients, il s’est souvenu qu’il était ici pour gagner sa vie.

Depuis ce jour je conserve l’ovation sur un trépied dans mon salon, je la reprends régulièrement, essuie la poussière, prends le temps de l’accorder et rejoue la liste de musiques du vendeur de Denmark Street, un jour j’aurai le même niveau que lui, j’y crois, j’ arriverai.

guitar

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s